Classement 2018 du Financial Times : un quart des établissements classés sont français!

Tout public

Depuis 2005, le Financial Times publie un classement des meilleurs masters en management. Cette année, la plupart des écoles françaises progressent : 3 d’entre elles se classent dans le Top 5, tandis que 23 autres figurent dans les 100 premières.

Le Financial Times a passé à la loupe plus de cent écoles européennes ainsi que des écoles chinoises, canadiennes, australiennes, russes, américaines pour établir son classement international des meilleurs masters en management.

Un "top 5" très français

3 écoles françaises sont dans le top 5 des écoles proposant les meilleurs masters en management :

  • HEC se maintient et garde sa 2ème place, derrière l'Université of Saint-Gall en Suisse.
  • L’ESSEC progresse d'une place et atteint la 4ème place, derrière la London School of Economics.
  • l’ESCP Europe progresse également d'une place et se classe 5ème. 

 

Un classement où les établissements français se distinguent

Au-delà du top 5, ce sont 23 établissements français qui se classent dans les 100 meilleures écoles de management

Parmi les progressions, on relèvera les performances de :

  • SKEMA Business School, classée 25ème, (+10 places),
  • Kedge Business School, classée 46ème (+ 5 places),
  • l’EM Strasbourg Business School, classée 72ème (+ 8 places),
  • Burgundy School of Business, classée 77ème  (+ 4 places),
  • Montpellier Business school classée 52ème (+1 place).

A noter également l'entrée dans le classement de l’ISC Paris, à la 93e place.

Certaines écoles conservent la même place qu'en 2017. C'est le cas de Toulouse Business school (48ème place)l’ESC Rennes (55ème), et ESSCA School of Management (62ème).

L’EDHEC, l’IESEG et Neoma Business school perdent une petite place (respectivement 17ème, 32ème et 41ème), tout comme l’IAE Aix-Marseille (51ème) ou l’Institut Mines-Télécom (60ème).

 

Critères

Le classement du Financial Times est établi selon 17 critères, tels que le salaire des diplômés et leur augmentation potentielle, l’internationalisation de l’école (internationalisation des cours et mobilité des étudiants), la diversité des personnels et des étudiants (nationalité, sexe)…

 

 

 

Suivez les grandes étapes pour venir étudier en France

Découvrir
Publié le : 21/09/2018 à 15:23
Mis à jour le : 26/09/2018 à 15:07